News - Le sac de chips

Nomenclature des serveurs : réflexion, idées, avis, retours ?

| | Le sac de chips | 14 Commentaires | 4188
Nomenclature des serveurs : réflexion, idées, avis, retours ?
Bonjour à tous,

Dans cet article, j'aimerais réfléchir, avec vous, sur la question de la nomenclature des serveurs.
Je n'ai pas travaillé dans plus de 2 entreprises, cependant, j'aimerais porter une réflexion avec vous : la nomenclature des serveurs.

Alors pour nous aider dans la projection, je vous mets un contexte ici, pour que nous réfléchissions ensemble à la même chose :

Entreprise sur 1 département avec les serveurs suivants
- 3 serveurs Contrôleur de domaine AD, 3 DNS (sur l'AD)
- 2 DHCP (un Actif Passif par exemple) sous Windows
- 2 Serveurs de fichiers (Windows) avec réplication.
- 50 serveurs Appli Web (Windows et Linux, technos différentes Apache, NGNIX, Tomcat tiens pourquoi pas, pour par exemple des
applis métiers spécifiques à l'entreprise, et des applis communes comme la gestion de planning, pointage, un nextcloud, Outil de support genre GLPI, Supervision genre Zabbix, Gestion de Projet, etc.)
- 20 serveurs d'appli lourdes (Sage par exemple...)
- 30 serveurs BDD mutualisés (avec du MySQL, MariaDB, PostgreSQL, Oracle et SQLServer)
Répartis sur 2 DATACENTER pour la redondance et l'équilibrage des ressources, dans la même ville mais dans des quartiers différents.


Bien, le décor est posé.

Nous avons abordé rapidement le sujet dans le CKOIKIDI du 8 Juin, plusieurs pistes ont été abordées.

D'abord, par souci de cohérence, je reste convaincu que le nom d'hôte de la machine doit être le même que dans VMWare (ou Proxmox si vous voulez).

Avant toute chose, je ne pense pas que des noms génériques soient une bonne idée.
Quand je dis noms génériques, je pense à APP01 APP02 APP03, WEB01, WEB02, WEB03, FIC01 FIC02, ...
Certains me diront, ouais mais WEB01, WEB02 ... on sait que c'est un serveur web, alors on va masquer le type de service pour plus de sécurité.
Exemple nommer ses serveurs par des dieux de la mythologie. Et garder une cohérence telle que :
Mythologie Grecque = Serveurs d'infra (AD DNS DHCP FICHIERS, ....) => Zeus, Poseidon, etc etc
Mythologie Romaine = Serveurs d'appli => Jupiter, Neptune, ...
Mythologie Nordique = Serveurs BDD => Thor, Loki, ...
Mythologie Egptienne = Serveurs Web => Isis, Osiris, ...

Ça marche aussi avec les iles des différents océans si vous voulez :D


Je pense donc qu'il faut un nom explicite, mais là est toute la complexité de la réflexion.

Sur mon labo de maison, vous avez vu, j'au nommé le serveur AD : SRV-DC01, le futur serveur pour le tuto GLPI : SRV-HELPDESK et pour Zabbix : SRV-SUPERVISION.
Déjà, même ici il n'y a pas de cohérence car DC01 veut dire peut être DC02 ? Mais SRV-HELPDESK il n'y aura jamais de HELPDESK02 ?
Et puis, préfixer un serveur avec SRV- on perd 4 caractères, alors que ce n'est pas utile ?

Alors on peut garder éventuellement qu'un caractère pour le serveur : S. Pourquoi ne pas le supprimer ? Bah on peut virtualiser du poste de travail aussi ... (coucou VMware Horizon) Donc S = Serveur et P = Poste de travail.

Mais après ?

S-L-WEB01 pour les serveurs Linux Web ? Et on incrémente ? Mais alors GLPI qui est une appli Web, elle se cache derrière ce serveur ? Ou bien est-ce l'appli web des plannings des employés ? Il faut alors travailler avec un tableau de correspondance ? Ou la description notée dans VMware (ou Proxmox) ?
Alors S-L-WEB-GLPI ? Mais si mon appli s'appelle TempsDeTravail, on appelle S-L-WEB-TDT ? Ou on découpe par secteur ? S-L-WEB-RH01 ... et pour GLPI alors S-L-WEB-INF01 ?

Ça, c'était pour les applis Web. La réflexion est la même avec les applis lourdes. On remplace WEB par APP ?

Et les bases de données ?

S-L-BDD-MYS01 pour une Base MySQL, PG01, ORA01, MDB01 ? SQL Server sous WIndows : S-W-BDD-MSQ01 ?
Dans le nom de la machine, mettons-nous la version du SGBD ? Non parce que certains éditeurs sont casse pied, ils certifient leur appli avec MySQL 5.6 mais si tu leur dit : On a MariaDB 10.3 ils te répondent : ah mais ça marche pas. Alors que leur appli, elle stocke que des données dans des tables, et ils utilisent que des clés primaires et font de simples jointures sans pour autant utiliser les spécificités des SGBD concernés...

Bon, on semble avancer et là patatra, Adrien va vous en rajouter une couche. Oui, entre les serveurs de Prod et de Test, vous faites une différence ? (et formation). On rajoute une lettre P=prod, T=test, F=Formation ?

Donc un serveur de test GLPI : S-L-T-WEB01 ou S-L-T-GLPI01 bref, je réfléchis, je réfléchis, mais on n'avance quand même pas d'un pouce.

Oui on avance pas, parce que quand je vois un nom tel que S-L-T-WEB01 ou S-L-T-GLPI01 je me dis, bon c'est pas mal mais on hésite encore.
Les bases de données mutualisées : S-L-T-BDD-PG01 ? Pour un serveur Postgres de Test sous Linux ? Mais là encore Quelle version ? Quelles bases ?

Pour gagner des caractères on peut enlever les tirets, ici c'est pour la lisibilité. Si on se tient à une règle du style :
1 : S=Serveur // P=Poste de travail
2 : L=Linux // W=Windows (On s'en fiche de la distrib sous Linux, on harmonise tout sous AlmaLinux et hop pas de débat possible)
3 : T=Test // P=Prod
456 : APP=Applis // BDD=Bases de données // WEB=Applis Web // INF=Infra (AD, DNS, DHCP)
789 : Un numéro à incrémenter ?
ou
789NN : Le service utilisateur de l'appli ? RES (Ressources Humaines), INF (Informatique), QUA (Qualité), CPT (Compta), ... + 2 chiffres qu'on incrémente ?

Vos avis avec le contexte cité ?
Vos retours d'expérience avec votre contexte à vous ?
Vos avis sur ma démarche ?

Dans le CKOIKIDI, nous avons eu ces exemples :
S-L-WEB-01
DIJ-WEB-LIN-01
ktb_pg_deb_01 (ktb est le nom du site)
W-APP-WB-NAME
prd_deb_lamp_01 => prd = prod, tst = test
S-[fonction]-[os]-[numéro].[domaine]

A vos claviers !